Au secours, je dois faire un discours de mariage !

Au secours, je dois faire un discours de mariage !

La saison des mariages bat son plein et se poursuivra jusqu’à la fin du mois de septembre. L’une des tâches d’une Aide à l’écriture consiste à accompagner les personnes chargées de prendre la parole devant les mariés. La rédaction d’un discours de mariage est un exercice délicat car il implique une multitude de petits détails ayant chacun leur importance.

Le choix d’un fil conducteur, par exemple, peut vite se révéler être un véritable casse-tête parce qu’un discours de mariage fait appel au passé, au présent et, surtout, au futur des mariés. L’auteur d’un discours de mariage doit aussi aller puiser dans ses propres émotions et avoir le cran de les partager devant un auditoire, avec passion, tendresse et humour, sans exclure ou mettre mal à l’aise les époux ou les invités.

L’an dernier, 228 000 mariages ont été célébrés en France, dont 221 000 entre personnes de sexe différent et 7 000 entre personnes de même sexe. Aujourd’hui, il n’est pas rare de croiser des invités venus de très loin pour assister à la noce, voire de l’autre bout de la planète. Les mariages mixtes (où l’un des mariés est de nationalité étrangère) et internationaux ont pris un poids croissant au sein de l’ensemble des mariages. (*)

Lorsque j’aide quelqu’un à rédiger un discours de mariage, je guide le travail de préparation, puis d’écriture, en cinq étapes :

1. Faites votre petite enquête

Lorsque vous acceptez de prononcer un discours de mariage, tentez au préalable d’obtenir un maximum d’informations sur le contexte de votre prise de parole (lors d’un cocktail, pendant le dîner, avant la pièce montée, au restaurant, en extérieur, etc.). Essayez aussi d’avoir une petite idée de l’ordre des discours et, si vous connaissez d’autres personnes chargées comme vous d’intervenir ce jour-là, n’hésitez pas à les contacter pour en discuter. Cela permettra de créer du lien entre vos interventions. Lorsque c’est possible, faites cela bien à l’avance et non la veille ou la semaine qui précède la noce. Cette démarche rassurera les mariés et évitera du stress le jour J.

2. Mettez-vous en condition

Ne vous braquez pas devant une feuille blanche ou un écran qui scintille en espérant boucler la chose en quelques heures. Bougez, sortez et discutez de ce texte avec votre entourage ! Se voir confier un discours de mariage est un grand honneur et une marque d’affection et de confiance. Prenez le temps de penser à vos proches qui se marient et à la vie en général ! Replongez-vous dans les albums de photographies, repensez aux livres ou aux films qui vous ont fait vibrer, prenez quelques notes dans un carnet lorsqu’un mot, une phrase ou un événement vous revient. Soyez attentif à la petite musique des mots. Cette mise en condition vous offrira très vite un début de fil conducteur et une tonalité particulière. Si l’exercice vous semble absolument insurmontable, faites appel à un écrivain public ou à une aide à l’écriture !

3. Présentez-vous

Cela prend trois secondes et, parmi les invités, certains ne savent peut-être pas que vous êtes le père, la mère, le frère, la sœur, le témoin ou l'ami.e d’un des mariés. Pensez-y !

4. Racontez quelque chose

Imaginez votre texte comme une histoire universelle à raconter en trois temps (un début, un milieu et une fin) et tâchez de ne pas dépasser 6 à 9 minutes. Axez votre discours sur une émotion positive et ses déclinaisons (la joie, la sincérité, la fierté, l’inspiration ou la gratitude, par exemple). N’oubliez pas que vous mettez votre voix au service des héros du jour et que vous n’êtes donc pas le personnage principal de cette histoire. Vous n'êtes qu'un passeur d’atmosphère et de joies, et c'est une lourde et belle responsabilité. Prenez le temps de tester votre discours auprès d’autres personnes (d'âge et de sexe différent, par exemple) afin de voir comment il résonne chez elles !

5. Levez le nez… et le pied !

Le jour J, avant de vous lancer, respirez discrètement et testez le micro ! Le traditionnel « 1,2,3 test micro, est-ce que vous m’entendez bien ? » vous évitera un couac de démarrage et vous fera gagner quelques secondes de sympathie auprès du public. Ensuite, levez le nez de votre feuille de papier et prenez le temps de faire des pauses pour regarder les mariés et les invités. Enfin, n’oubliez pas de sourire… Vous êtes filmé  :-)

C.W.


Crédit photo : Ben Rosett pour Unsplash
(*) Source: Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE)

Ces histoires qui nous invitent à l'action

Ces histoires qui nous invitent à l'action

Le bogue du correcteur machine

Le bogue du correcteur machine